Le combat du Ministre russe de la culture contre Hollywood et son « monopole total »

news_41901.jpg
Vladimir Medinski, Ministre de la culture de la Fédération de Russie depuis 2012

Vladimir Medinski, Ministre de la culture de la Fédération de Russie, a de nouveau critiqué les conditions d’exploitation des productions hollywoodiennes en Russie. Le ministre s’est indigné à la sortie du film des studios Warner Bros « Les Animaux fantastiques : Les crimes de Grindelwald ». Selon le Ministre, ce film s’est accaparé en novembre plus de 70% des séances. « Je suis scandalisé par le fait que deux tiers des séances furent attribuées à un seul film », a déclaré Medinsky, « Qu’est-ce sinon du monopole ? Un monopole total des sociétés de distribution hollywoodiennes qui dictent leurs lois aux réseaux de salles! »

Le film « Les Animaux fantastiques : Les crimes de Grindelwald », sorti le 15 novembre en Russie, avait en effet raflé la mise : 5 millions de spectateurs après 10 jours d’exploitation sur plus de 1500 écrans. Inutile de comparer ces résultats à ceux des films russes sortis le même jour et dont le meilleur, « Un été d’argousier » (Облепиховое лето) de Victor Alferov, atteignait 3400 billets vendus après 10 jours sur 100 copies. Il est en revanche intéressant de le comparer à une autre grande production du même genre, l’aventure fantastique « Gogol, une terrible vengeance » (Гоголь. Страшная месть) d’Egor Baranov. Ce long métrage avec Oleg Menchikov aura réuni à peine 2 millions de spectateurs en 1 mois alors qu’il était aussi sur plus de 1500 écrans à sa sortie le 30 août dernier.

i.jpg
L’affiche du film « Gogol, une terrible vengeance » (Гоголь. Страшная месть) d’Egor Baranov avec Oleg Menchikov et Alexander Petrov

Le ministre répond ainsi aux déclarations du directeur des studios MOSFILM, Karen Shakhnazarov, qui a proposé de limiter l’exploitation de films américains en Russie. « Je suis heureux que de telles idées soient venues dans le milieu cinématographique sur la nécessité de renforcer le protectionnisme national par telles ou telles mesures » a déclaré le Ministre russe de la culture. − Les mesures de protectionnisme public dans le domaine du cinéma doivent être renforcées, sinon notre cinéma national sera ravagé par la machine planétaire d’Hollywood. » Pour Medinsky, dans les conditions actuelles, l’état devrait augmenter les subventions pour la production du cinéma russe et s’engager davantage dans le protectionnisme.

karen_vs
Karen Chakhanzarov, illustre réalisateur et directeur des studios historiques MOSFILM

Cela fait plusieurs années que Vladimir Medinski cherche à limiter l’exploitation des films étrangers dans les salles russes. Depuis son arrivée au Ministère en 2012, il a plusieurs fois proposé divers moyens pour inciter les exploitants et distributeurs russes à favoriser leur cinéma national. L’an dernier, un projet de loi devait taxer le visa d’exploitation des films étrangers à hauteur de 5 millions de roubles soit environ 70 000 euros. Le projet fut abandonné devant les nombreuses protestations dans le milieu cinématographique russe.

Cet été, il proposait un quota visant à plafonner à 35% la part des séances des films étrangers dans les salles russes « Nous ne voulons pas que toutes les salles multiplexes soient remplies de séances d’un seul film, le spectateur doit avoir le choix. » avait-il expliqué. Cette proposition n’a cependant pas trouvé le soutien du bloc économique du gouvernement, et le projet de loi a été renvoyé aux modifications.

Rédigé par Siméon Mirzayantz le 4.12.2018

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s